Le casseur de Mac en dit plus sur son exploit

Lors du CanSec, Charlie Miller avait fait impression. Il avait réussi à faire tomber les sécurités d’un Mac en 10 secondes. Fort
On en sait maintenant un peu plus sur la prouesse du spécialiste en sécurité Charlie Miller, lors de la conférence des hackers à Vancouver. Le CanSec West a été le théâtre d’un exploit en matière de cassage de Mac.

Charlie Miller, 35 ans, chercheur aux Evaluateurs indépendants en sécurité défendait son titre de pirate le plus rapide de l’Ouest américain puisque l’année passée, lors du même salon, il avait réussi à pirater un MacBook Air en deux minutes. Il avait empoché au passage 10.000 dollars.

Discret sur sa prouesse, l’expert était alors resté timide : « Je ne peux pas évoquer les détails de la vulnérabilité utilisée mais il s’agissait bien d’un Mac correctement patché disposant de Safari ». L’expert admet ensuite aux journalistes présents, qu’il avait écrit son exploit avant d’arriver au concours.

Plus loquace dans les colonnes du site Tomshardware, Miller en a dit un peu plus sur sa vie. Ancien employé de la NSA (services secrets US) il a cherché à relativiser sa ‘performance’: « J’avais préparé des mois auparavant cette attaque. Je possédais donc toutes les armes en main. Mais si vous me mettez devant un poste avec deux minutes pour le pirater, comme on le voit dans les films, je ne serais pas plus efficace que votre grand-mère ».

De même, le spécialiste donne son avis sur le monde de la sécurité et sur quelques idées reçues.

« Concernant l’univers Mac, l’idée est que tout est piratable et qu’il existe des failles partout. Vous pouvez rendre la tâche plus ardue pour les attaquants pour accéder au code mais même cela ne fera que retarder l’échéance ». En ce sens, Miller explique que les Macs sont moins sûrs dans la mesure où il existe plus de vulnérabilités à exploiter mais ces dernières sont moins graves car il y a moins d’exploits à l’heure actuelle qui circulent Une position qui illustre un fait bien connu : si les Macs sont moins attaqués, c’est qu’ils représentent une part de marché moindre que celle des PC équipés en Windows.

Reste que Charlie Miller n’a pas vraiment communiqué sur sa dernière prouesse en date puisque comme toutes les éditions du « PWN2OWN », les secrets des attaques ont été confiés à TippingPoint afin que l’information ne devienne pas publique et que la méthode soit communiquée aux constructeurs et aux éditeurs. Une initiative pour le sport, qui aura rapporté quelques piécettes à l’ex-agent Miller.

thème intéressant? partagez avec vos amis:
  • Wikio FR
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Technorati

Laisser un commentaire

Thèmes les mieux notés